[Essentiel] Premier principe de santé

Il est facile de se perdre quand on cherche des conseils santé. Que ce soit sur internet ou dans les livres, les spécialistes ne semblent pas d’accord sur les priorités, quand ils ne prennent pas un malin plaisir à se contredire… Pour revenir aux fondamentaux je vous propose mon premier principe (et son corollaire) :



Consommer des produits frais, naturels et bio.

Bannir les aliments raffinés, industriels et transformés.



Les esprits chagrins me feront remarquer que c’est la définition exacte de l’orthorexie…

A ceux qui s’en inquiètent : Le danger officiel de l’orthorexie est l’isolement social. Il suffit donc d’être strict chez soi et plus coulant quand on est avec des gens peu sensibles aux questions nutritionnelles. Évitez de justifier votre mode alimentaire sous peine de faire sentir à vos interlocuteurs que vous critiquez leurs propres choix. Si le sujet vient sur la table contentez vous de dire que vous vous sentez mieux à vous nourrir ainsi.


Les esprits paresseux me diront qu’il faut cuisiner et qu’ils ne savent pas, ou n’en ont pas envie. C’est vrai, il faut cuisiner (bien qu’on puisse se contenter d’un seul vrai repas et manger des fruits crus le reste de la journée). Faites votre choix : quel est le plus important pour vous ? Ne pas cuisiner ou avoir une bonne santé ?


A noter qu’il existe de nombreux produits bio transformés, comme les biscuits ou les galettes de tofu…, ceux ci sont également à éviter. C’est le cas également de la majorité des compléments alimentaires obtenus par synthèse chimique ou extraction, les seuls acceptables sont ceux directement issus d’un produit naturel (mais les produits frais restent meilleurs).


Pourquoi ce principe ? Une explication rapide :

  • Les nutriments essentiels à la vie sont apportés par les produits frais, naturels et bio. Ils sont plus rares et altérés dans les aliments raffinés, industriels et transformés.

  • Les produits chimiques utilisés dans les processus de transformation, ou ajoutés dans les produits finis, agissent dans le corps comme des toxines ou des perturbateurs, même à faible dose. Ils entravent son fonctionnement, augmentant ainsi la sensibilité aux maladies et favorisant l’émergence des affections dégénératives et auto-immunes.

FacebookTwitter

3 Comments

  1. Jaouad mars 7, 2016 Reply
    • Jeremypaleo mars 7, 2016
  2. cécile janvier 25, 2017 Reply

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *