Pourquoi les protéines ne sont pas acidifiantes

I) Les protéines, acidifiantes ou pas?

 
Pour en finir avec le sujet des protéines il va me falloir aborder la critique récurrente de l’acidification. En effet, la consommation de protéine (animale comme végétale !) s’accompagne d’une perte urinaire de calcium augmentée.

Prenant connaissance de ce fait, beaucoup de gens se précipitent à faire des conclusions :

  • La consommation de protéines provoque l’acidose (puisque le calcium est alcalin).
  • La consommation de protéines réduit la densité de la masse osseuse (le corps « devant » utiliser le calcium des os pour tamponner l’acidité des protéines).
  • La consommation de protéines épuise les reins (puisque le système tampon normal, à base de bicarbonate, ne suffit pas pour éliminer les résidus acides du métabolisme des protéines).

D’autres personnes, plus scientifiques, ne tirent pas de conclusions hâtives. Ils se posent de nouvelles questions :

  • Est ce que l’on constate une acidose (en l’occurrence une diminution de la rétention du calcium) lorsque l’on consomme des protéines? Non (1).
  • Est ce que la santé osseuse (densité osseuse, importance de la perte de masse osseuse avec l’âge, récupération après fracture) des individus consommant des protéines est réduite? Non (2, 3, 4, 5), elle est même augmentée !
  • Est ce que le système tampon à base de bicarbonate des reins permet l’élimination des résidus acides du métabolisme des protéines? Oui.
  • Si il y a plus de calcium excrété, mais que le corps ne l’utilise pas pour tamponner des acides, et que la santé osseuse est même augmentée. Serait-ce du à ce que la consommation de protéine induit une augmentation de l’absorption du calcium? Oui (6) !

Alors est-ce que les protéines sont acidifiantes? Certainement pas ! Certes elles induisent une excrétion urinaire de calcium plus importante que la normale… mais c’est juste la conséquence d’une absorption supérieure du calcium alimentaire.

Disons que, si vous ne consommez pas de protéine, vous assimilez 1300 mg de calcium par jour et en éliminez 100 mg dans vos urines (quelle chance cela vous situe pile dans la normale !). Si vous consommez des protéines, et sans rien changer d’autre à ce que vous mangez, vos intestins vont absorber plus de calcium (cela fait partie de l’effet anabolique des protéines) ; disons 1400 mg de calcium dans la journée, l’effet anabolique va faire que votre corps va aussi en utiliser plus… mais pas autant que le surplus absorbé, donc vous allez éliminer 150 mg de calcium dans vos urines.
« C’est 50 mg de plus que la normale ! Acidification ! »
Ou pas, le corps a en réalité gagné 50 mg de calcium.

Cela dit, au cours de mes recherches, je suis tombé plusieurs fois sur des études établissant une corrélation entre consommation de protéine et un risque augmenté de fracture. Et ceci alors que la densité osseuse est meilleure ! Comment expliquer ce paradoxe?

 

II) Un acide aminé qui multiplie le risque de fracture et de problèmes cardiaques… dans certains cas.

 
Toutes les protéines ne sont pas liées au risque de fracture. A dire vrai, ce n’est même pas une protéine alimentaire qui l’est, c’est un acide aminé, l’homocystéine (7,8). C’est un oxydant et il est aussi lié à l’augmentation du risque de problèmes cardiaques.

  • Mais d’où vient l’homocystéine?

Il est en fait synthétisé dans notre corps à partir d’un autre acide aminé : la méthionine, que l’on trouve dans notre alimentation, en particulier dans les produits animaux… J’en vois déjà se précipiter :
« Supprimons les produits animaux ». L’homocystéine est maléfique, il faut à tout prix empêcher notre corps de le synthétiser !

Oui, sauf que l’homocystéine fait partie du cycle de recyclage de la S-AdenosylMéthionine (SAM), un anti-cancer puissant, et un composé essentiel à de multiples réactions métaboliques impliquant notamment l’ADN. Si vous bloquez ce cycle en coupant l’apport de méthionine vous n’améliorerez pas votre état de santé, vous l’empirerez.
De plus l’homocystéine est également un précurseur de la cystéine, un acide aminé primordial pour la synthèse de la glutathion (le plus puissant des anti-oxydants) et le bon fonctionnement des systèmes nerveux et cardiovasculaires.

homocysteine

  • Comment faire alors si l’homocystéine est tout à la fois essentiel et nocif ?

En réalité il est essentiel comme intermédiaire de réaction, il est censé être synthétisé puis aussitôt utilisé. De cette manière nous bénéficions des avantages sans devoir supporter ses inconvénients, tout va bien… sauf si les réactions d’utilisation sont bloqués.
En effet, pour pouvoir utiliser l’homocystéine le corps a besoin de sérine et de vitamine B6 (pour la synthèse de la cystéine) ainsi que de vitamine B9 et B12 (pour la reconversion en méthionine – cycle SAM). Si vous manquez de ses éléments l’homocystéine ne peut pas être utilisé, son taux sanguin augmente et les problèmes de santé avec, notamment les fractures et problèmes cardiaques.

Le risque de fracture (et de problèmes cardiaques) ne dépend pas tant de la consommation en protéine que de carence en sérine, vitamine B6, B9 ou B12 (voire en betaine ou en zinc). En ce cas la synthèse de la cystéine ou le recyclage du cycle SAM se bloque à l’étape de l’homocystéine qui est un oxydant augmentant le risque de problèmes cardiaques et de fractures.

Bien sur, si vous ne mangez pas de protéines, votre taux d’homocystéine sera certainement très bas et vous n’aurez pas à vous inquiétez de fractures ou de problèmes cardiaques (encore qu’avec une carence chronique en B12 le taux d’homocystéine peut quand même décoller). Mais, en revanche, vous serez affaibli contre les risques de cancer et le stress oxydatif…

1 : http://jn.nutrition.org/content/133/4/1020.full.
2 : http://ajcn.nutrition.org/content/75/4/609.full.
3 : http://ajcn.nutrition.org/content/69/1/147.full.
4 : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1359/jbmr.2000.15.12.2504/full.
5 : http://aje.oxfordjournals.org/content/155/7/636.full.
6 : http://ajcn.nutrition.org/content/78/3/584S.long.
7 : http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa032739.
8 : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17295607.

FacebookTwitter

11 Comments

  1. Rodion Raskolnikov mars 4, 2015 Reply
  2. Rodion Raskolnikov mars 8, 2015 Reply
    • Jeremypaleo mars 9, 2015
  3. Rodion Raskolnikov mars 13, 2015 Reply
  4. vermeulen février 22, 2016 Reply
    • Jeremypaleo février 23, 2016
  5. GRAND septembre 8, 2016 Reply
    • Jeremypaleo septembre 8, 2016
  6. GRAND septembre 10, 2016 Reply
    • Jeremypaleo septembre 11, 2016
    • GRAND septembre 14, 2016

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *