Le poids de l’alimentation

« Le doute n’est pas au dessous du savoir, mais au dessus. »
Alain

Une de mes habitudes, vous vous en rendrez compte, c’est de tout remettre en question. Cela m’évite d’être submergé par le déluge d’informations contradictoires des médias. Cela m’aide à garder le cap, et de parfois apercevoir les côtes de la Vérité.

Alors, l’alimentation, affecte-t-elle vraiment notre santé ? Et à quel point ? Parce que, soyons sérieux, ce n’est pas parce qu’un gourou indien a raconté à ses hippies que la « bonne » alimentation leur donnerait la santé qu’il faut en faire parole d’évangile ! Pourquoi pas la richesse et le sexe tant qu’on y est ?

Laissez moi donc vous présenter l’incroyable docteur Weston Price : Ce chirurgien-dentiste passa d’abord 25 ans à étudier les dents dévitalisées et il fut le premier à alerter contre les risques d’infections focales. Préoccupé par la « dégénérescence moderne » (et notamment les caries), il s’intéressa ensuite à la nutrition. En 1930 il formule l’hypothèse que c’est la carence en certains facteurs essentiels qui est à l’origine des problèmes de santé.

Pour vérifier son idée, il part en voyage avec sa femme. De 1931 à 1937, il étudie la santé et les modes de vie de nombreux peuples primitifs : Suisses, Gaéliques, Inuits, Nord-Amérindiens, Mélanésiens, Polynésiens, Africains, Aborigènes, Maoris et Indiens Péruviens. A chaque fois, il compare des tribus « primitives » non exposées à la civilisation, et ayant gardé leur mode de vie ancestral, avec d’autres tribus du même peuple, partageant les mêmes caractéristiques, mais ayant adopté l’alimentation « modernisée ».

L’étude du Dr Price est exemplaire et inégalée. D’une part sa méthode de comparaison lui a permis d’éliminer les facteurs chronologiques, géographiques, raciaux et sociaux pour ne garder que l’alimentation. D’autre part il a renouvelé ses observations chez de nombreux peuples, confirmant ainsi ses résultats à de multiples reprises. La conclusion est sans appel :

En matière de santé l’alimentation est le facteur prépondérant.

La totalité des tribus « modernisées » avaient les mêmes problèmes que les occidentaux : caries, anomalies maxillo-faciales, tuberculoses, arthrites rhumatismales, maladies cardiaques et autres affections des organes internes. Les peuples « primitifs » étudiés étaient, quant à eux, robustes, pleins de vitalité et très peu touchés par la maladie. Le Dr Price a également constaté chez eux l’absence de complications obstétricales et la rareté des comportements asociaux.

Si les modes de vie des peuples étudiés étaient très différents les uns des autres ils partageaient cependant tous un point commun :

  • La non-consommation des produits alimentaires occidentaux ; soit céréales raffinées, sucre raffiné, conserves, graisses végétales, thé, café, chocolat…

Weston Price a systématiquement pris des échantillons alimentaires pour les analyser. Il s’est très vite aperçu que l’alimentation « primitive » était caractérisée par une grande densité nutritionnelle, c’est à dire qu’elle était très riche en micronutriments, alors que l’alimentation « modernisée » était basée sur des calories vides (le premier tableau indique combien de fois en plus on trouve les micronutriments indiqués dans les régimes « primitifs » comparé à l’alimentation « modernisée », le second tableau compare les pourcentages de caries entre les deux alimentations).

Tableau nutriments Price


Hippocrate le disait déjà : Que ta nourriture soit ta médecine, et ta médecine ta nourriture.
En plus, ça a meilleur goût que les médocs.



Pour les anglophones :
Acheter le livre de Weston Price : Nutrition and Physical Degeneration
Le lire en ligne : Nutrition and Physical Degeneration
La Weston Price Foundation qui fait connaître et prolonge son travail.

En français :
Lire l’intro du livre de Price (merci à clairetlipide pour la traduction).
Lire la thèse de Francis Mackay sur le Dr Price (merci encore à clairetlipide pour son travail d’exhumation).

FacebookTwitter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *